LA VITA E BELLA

La vie est trop courte pour ne pas la vivre pleinement à chaque instant de chaque jour
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ROSSINI Gioacchino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: ROSSINI Gioacchino   Mer 26 Nov - 23:10



Né d'un père trompettiste et d'une mère chanteuse, Giaocchino Rossini a toujours été bercé par la musique. Il s'inscrit au lycée musical de Bologne en 1806 et écrit son premier opéra à l'âge de 14 ans : 'Demetrio e Polibio'. En 1806, il publie l'oeuvre musicale 'Pianto d'armonia per la morte d'Orfeo'. A 20 ans à peine, trois de ses opéras sont déjà représentés ; ce chiffre s'élève bientôt à dix. Vers 1810 commence ses représentations officielles. Il connaît des succès avec plusieurs opéras : 'La Cambiale di matrimonio' et 'La Scala di Seta' à Venise, 'Ciro in Babilonia' à Ferrare, et 'La Pietra del Paragone' à Milan. L'opéra 'Tancredi' va lui apporter le triomphe et marquer un tournant dans sa carrière : il abandonne les longs récitatifs des opéras traditionnels pour une déclamation lyrique. 'Le Barbier de Séville', par sa nouveauté musicale, connaît quelques déboires avant d'être ovationné par le public. Il se tourne ensuite vers l'opéra seria avec 'Otello', la 'Cenerentola' (1817) et 'Armida'. En 1821, il se rend à Vienne et rencontre Ludwig von Beethoven. Il part ensuite en Angleterre puis en France où il compose un opéra à la gloire du sacre de Charles X. 'Guillaume Tell' est son dernier opéra avant de s'enfermer dans un longue retraite jusqu'à sa mort. Il compose alors des oeuvres pour son plaisir et son entourage. Il meurt d'une crise de catarrhe, maladie dont il souffre depuis des années. Giaocchino Rossini est l'un des plus grands compositeurs d'opéras du XIXe siècle avec plus de trente opéras allant de la farce à la comédie en passant par la tragédie et l'opéra seria.

Liste de ses opéras

Demetrio e Polibio. Composé par l'auteur en 1806 mais représenté au Teatro Valle de Rome, le 18 mai 1812.
La cambiale di matrimonio. Teatro San Moisè, Venise, 3 novembre 1810 (son premier opéra représenté).
L'equivoco stravagante. Teatro del Corso, Bologne, 26 octobre 1811.
L'inganno felice (l'Heureux Stratagème) .Teatro San Moisè, Venise, 8 janvier 1812.
Ciro in Babilonia, ossia La caduta di Baldassare. Teatro Communale, Ferrare, 14 mars 1812.
La scala di seta (L'Échelle de soie). Teatro San Moisè, Venise, 9 mai 1812.
La pietra del paragone (La Pierre de touche). Teatro alla Scala, Milan, 26 septembre 1812.
L'occasione fa il ladro, ossia Il cambio della valigia (L'occasion fait le larron ou l'Échange de la valise). Teatro San Moisè, Venise, 24 novembre 1812.
Il signor Bruschino, ossia Il figlio per azzardo (Bruschino ou le Fils par hasard). Teatro San Moisè, Venise, 27 janvier 1813. Adapté en français par Jacques Offenbach en 1857.
Tancredi (Tancrède). Gran Teatro La Fenice, Venise, 6 février 1813.
L'italiana in Algeri (L'Italienne à Alger). Teatro San Benedetto, Venise, 22 mai 1813.
Aureliano in Palmira. Teatro de la Scala, Milan, 26 décembre 1813.
Il turco in Italia (Le Turc en Italie). Teatro de la Scala, Milan, 14 août 1814.
Sigismondo. Teatro La Fenice, Venise, 26 décembre 1814.
Elisabetta, regina d'Inghilterra (Élisabeth, reine d'Angleterre). Teatro San Carlo, Naples, 4 octobre 1815.
Torvaldo e Dorliska. Teatro Valle, Rome 26 décembre 1815.
Il barbiere di Siviglia (Le Barbier de Séville). Teatro Argentina, Rome, 20 février 1816. Créé sous le titre Almaviva, ossia l'inutile precauzione (Almaviva ou l'Inutile Précaution).
La gazzetta. Teatro Fiorentini, Naples, 26 septembre 1816.
Otello, ossia Il Moro di Venezia (Othello ou le Maure de Venise). Teatro Fondo, Naples, 4 décembre 1816.
La Cenerentola, ossia La bontà in trionfo (Cendrillon ou la Bonté triomphante). Teatro Valle, Rome, 25 janvier 1817.
La gazza ladra (La Pie voleuse). Teatro alla Scala, Milan, 31 mai 1817.
Armida. Teatro San Carlo, Naples, 11 novembre 1817.
Adelaide di Borgogna. Teatro Argentina, Rome, 27 décembre 1817.
Mosè in Egitto. Teatro San Carlo, Naples, 5 mars 1818.
Adina, ossia Il Califfo di Bagdad. Teatro Reale San Carlo, Lisbonne, 22 juin 1826, composé en 1818.
Ricciardo e Zoraide. Teatro San Carlo, Naples, 3 décembre 1818.
Ermione. Teatro San Carlo, Naples, 27 mars 1819.
Eduardo e Cristina. Teatro San Benedetto, Venise, 24 avril 1819.
La donna del lago (La Dame du lac). Teatro San Carlo, Naples, 24 octobre 1819.
Bianca e Falliero, ossia Il consiglio dei tre. Teatro de la Scala, Milan, 26 décembre 1819.
Maometto II (Mahomet II). Teatro San Carlo, Naples, 3 décembre 1820.
Matilde di Shabran, ossia Bellezza e cuor di ferro. Teatro Apollo, Rome, 24 février 1821.
Zelmira. Teatro San Carlo, Naples, 16 décembre 1822.
Semiramide (Sémiramis). Teatro de la Fenice, Venise, 3 février 1823.
Il viaggio a Reims, ossia L'albergo del Giglio d'oro (Le Voyage à Reims ou l'Hôtel du Lys d'or). Théâtre des Italiens, Paris, 19 juin 1825.
Ivanhoe (pastiche). Théâtre de l'Odéon, Paris, 15 septembre 1826.
Le Siège de Corinthe. Théâtre de l'Académie Royale de Musique, Paris, 9 octobre 1826. Représenté plus tard en version italienne sous le titre L'assedio di Corinto.
Moïse et Pharaon ou le Passage de la mer Rouge. Académie Royale de Musique, Paris, 26 mars 1827. Version française remaniée de Mosè in Egitto.
Le Comte Ory. Académie Royale de Musique, Paris, 20 août 1828.
Guillaume Tell. Académie Royale de Musique, Paris, 3 août 1829.

sources : Wikipedia et Evene

_________________
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre,
des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.
Arthur Rimbaud (Illuminations)


Dernière édition par Evelyne le Sam 29 Nov - 12:55, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: Re: ROSSINI Gioacchino   Mer 26 Nov - 23:28

MAOMETTO SECONDO

Rossini a remanié ses partitions à maintes reprises en réalisant des secondes et des troisièmes versions destinées à des théâtres désireux de reprendre ses œuvres.
‘Maometto Secondo’, créé en 1820 à Naples , sur un texte de Cesare della Valle, duc de Ventignano, a été révisé pour le théâtre de la Fenice de Venise (livret réadapté par Gaetanno Rossi), en vue de la représentation du 16 décembre 1822, inaugurant la Saison du Carnaval 1823, qui devait aussi marquer les débuts de ‘Semiramide’ (3 février).

Dans la version créée à Naples en décembre 1820, les troupes vénitiennes, à la tête desquelles Paolo Erisso, gouverneur de l'ïle et son second Calbo, sont massacrées et la fille d'Erisso, autrefois séduite par Maometto II sous l'identité d'un notable chrétien, préfère se donner la mort plutôt que de devenir l'épouse d'un ennemi et d'un infidèle. Rossini, se doutant que l'évocation de cet épisode historique, même romancé, ne les séduirait pas, adapta l'oeuvre au goût de ses contemporains vénitiens. Ajoutant une ouverture selon le modèle opératique en vogue à Venise, il renonça à une structure musicale novatrice pour revenir à un schéma plus traditionnel et, avec l'aide du librettiste Gaetano Rossi, le finale, de tragique, devint joyeux.
Dans cette version de la Fenice, Maometto II accepte le défi que lui lance Calbo, général en chef des Vénitiens et prétendant à la main d'Anna Erisso. Véritable jugement de Dieu, ce combat voit la défaite des Musulmans. Entre son père et son amoureux, Anna chante alors le rondo final de ‘La Donna del Lago’.
De Naples à Venise, on est donc passé d'une tragédie sanglante à un dénouement des plus conventionnels. Cependant, les beautés musicales sont si nombreuses que ces changements n'affectent pas l'intérêt suscité par la version vénitienne.

VERSION DE VENISE

Personnages
Maometto Secondo (basse) – Selimo (ténor) – Paolo Erisso (ténor) – Anna (soprano) – Calbo (mezzo-soprano) – Condulmiero (contre-alto)

Intrigue
Acte 1.
Dans la colonie vénitienne de Negroponte, le gouverneur Paolo Erisso a réuni le conseil de guerre : les tropes de Mahomet II sont massées aux portes de la ville. Le général Condulmiero, de caractère prudent, propose qu’on se rende mais c’est le jeune général Calbo, plus fougueux, qui l’emporte en incitant tout le monde à défendre la ville jusqu’au bout.
Erisso est inquiet pour le sort de sa fille Anna et propose à Calbo de l’épouser. Mais la jeune fille lui fait part de son amour pour Uberto, seigneur de Mitylène, qu’elle a connu à Corinthe alors que son père était à Venise. Erisso se rappelle cependant avoir vu Uberto à ses côtés pendant tout le voyage : il en déduit donc que quelqu’un s’est fait passer pour le jeune homme. Anna est déconcertée, mais un coup de canon rappelle Erisso et Calbo à la bataille. Les Turcs sont entrés dans la ville grâce à un traître et les troupes d’Erisso se retirent dans la forteresse. A l’aube, les Musulmans donneront l’assaut final et Mahomet fait part de ses projets à son confident Sélim. Celui-ci est surpris que le Sultan connaisse si bien la ville, mais Mahomet lui explique qu’il l’a visitée incognito. Erisso et Calbo sont amenés devant lui, entravés par des chaînes. En entendant leurs noms, Mahomet comprend qu’Erisso est le père de la jeune fille dont il s’est épris à Corinthe, et lui offre la vie sauve à condition qu’il ordonne la capitulation sans condition. Erisso refuse et Mahomet donne l’ordre de soumettre les deux hommes à la torture. Anna se précipite chez Mahomet pour implorer sa pitié et reconnaît en lui celui qu’elle croyait être Uberto. Quand elle menace de se tuer, Mahomet accorde la liberté à Erisso et Calbo, qu’Anna déclare être « son frère ». Puis le Sultan retourne au combat.
Acte 2.
Sous la tente de Mahomet, Anna est en proie en désespoir. Survient Mahomet qui lui déclare son amour et son désir d’en faire sa reine. Anna refuse. Mahomet exhorte alors ses soldates à le suivre à l’assaut du dernier bastion qui résiste encore : la forteresse. En gage d’amour et pour garantir le respect des Musulmans, Mahomet remet à Anna le sceau de l’autorité impériale. Grâce à ce sceau, Erisso et Calbo, déguisés en Musulmans, parviennent à s’enfuir et s’apprêtent à combattre à nouveau. Survient Mahomet qui provoque Erisso. Calbo s’interpose, déclarant avec orgueil qu’il est l’époux d’Anna et non son frère. La bataille servira donc à les départager pour savoir qui des deux hommes conquerra Anna. Sur la tombe de sa mère, Anna s’apprête à se donner la mort si la bataille est défavorable aux siens. Erisso et Calbo arrivent et lui annoncent qu’ils sont parvenus à repousser l’assaut à la forteresse et que Mahomet est en fuite. Anna et le courageux Calbo peuvent enfin s’unir en mariage.

sources : forumopéra.com et livret du DVD 'Teatro La Fenice di Venezia'

_________________
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre,
des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.
Arthur Rimbaud (Illuminations)


Dernière édition par Evelyne le Ven 28 Nov - 22:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: Re: ROSSINI Gioacchino   Ven 28 Nov - 21:03




_________________
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre,
des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.
Arthur Rimbaud (Illuminations)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: Re: ROSSINI Gioacchino   Jeu 5 Fév - 10:48

"Sorgete, Sorgete" par Samuel Ramey

http://www.youtube.com/watch?v=sL2nZJ1BuPw

_________________
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre,
des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.
Arthur Rimbaud (Illuminations)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROSSINI Gioacchino   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROSSINI Gioacchino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Caille à la Rossini
» La Spaziale Rossini S1
» Tournedos de canard façon Rossini en croûte de spéculoos avec réduction à l’orange
» spaziale ?
» les chefs d'oeuvres impérissables de la musique classique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VITA E BELLA :: LOISIRS :: Musique :: Opéra :: Compositeurs-
Sauter vers: