LA VITA E BELLA

La vie est trop courte pour ne pas la vivre pleinement à chaque instant de chaque jour
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Egypte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: Egypte   Mer 29 Aoû - 3:31

A vous lire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Mar 25 Mar - 23:17

L'histoire de l'Egypte remonte à plus de 3 000 ans avant notre ère. Alors que l'Europe n'était encore à l'époque de la pré-histoire, l'Egypte, elle, commencait déjà à se dévolepper. Le premier pharaon connu est Ménès mais il est difficile de dire avec précision quel fut le premier souverain qui régna sur l'Egypte. Cependant c'est Djeser (ou Djoser, les deux orthographes sont admises et utilisées aussi souvent l'une que l'autre) qui fit parler le premier de lui avec sa célèbre pyramide à degrés, érigée à Saqqarah, dont l'architecte est le fameux Imohtep qui en dirigea la construction. Ses successeurs, Chéops, Képhren et Mikerinos firent construire les grandes pyramides du Caire que chacun d'entre nous connait au moins en photo. L'Egypte a connu 3 grandes périodes de souverains : l'ancien empire; le nouvel empire et le bas empire au cours desquels chaque inter-règne connaissait des incertitudes voire des périodes de guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: Re: Egypte   Mer 26 Mar - 2:29

Merci Calbo, j'adore vraiment l'histoire et la civilisation égyptienne.

La pyramide à degrés de Djeser.


Les pyramides de Giseh.

_________________
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre,
des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.
Arthur Rimbaud (Illuminations)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Mer 26 Mar - 12:38

Je continuerai ce soir avec la civilisation égyptienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Evelyne
Admin
avatar

Messages : 803
Date d'inscription : 26/08/2007
Age : 61
Localisation : Floreffe - Belgique

MessageSujet: Re: Egypte   Mer 26 Mar - 20:05

calbo a écrit:
Je continuerai ce soir avec la civilisation égyptienne

Chouette, merci Calbo !!!

_________________
J'ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre,
des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.
Arthur Rimbaud (Illuminations)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Lun 17 Aoû - 18:30

calbo a écrit:
Je continuerai ce soir avec la civilisation égyptienne

Ayant légèrement déserté, je n'ai jamais tenu ma promesse Embarassed ; je vais donc le faire maintenant avec la civilisation.

L'Egypte a toujours été très active. Il y avait plusieurs "castes" (encore que ce mot ne me plaise pas vraiment et ne convienne pas pour l'Egypte) : les scribes, les prêtres, les agriculteurs, les artisans... Tout ce petit "monde" cohabitait paisiblement en obéissant à la règle de Maât, la douce déesse qui régissait la vie égyptienne. C'était un ensemble de règles qui ont été divinisées (fautes d'un meilleur terme) qui s'appliquait à tous, y compris à Pharaon. Toute violation de ces lois/règles et donc atteinte à Maât était plus ou moins sévèrement punie par le tribunal qui était présidé par le vizir et non par pharahon lui même.
Les militaires étaient à part car en temps de paix ils retournaient dans le civil. Quant aux prêtres ils célèbraient les rites au nom de pharaon et de son épouse mais il géraient également les canaux traditionnels d'alimentation qui permettaient à la population de se nourrir convenablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Lun 17 Aoû - 18:45

mythologie et religion dans l'Egypte antique

le panthéon égyptien est l'un des plus importants, sinon le plus important, du monde antique. Même la vie quotidienne était régie par une déesse, dont nous avons déjà parlé :Maât. Selon les Egyptiens leur civilisation est née du lac promordial appelé le noun :

Citation :
Pour les anciens égyptiens, l'univers n'était au commencement qu'un grand océan primordial nommé le Noun. C'est de Noun que naquit Atoum, le soleil. Atoum engendra Chou (le dieu du souffle) et Tefnout (le dieu de l'humidité). Chou sépara le ciel de la terre. Ainsi naquirent Nout (la déesse du ciel) et Geb (le dieu de la terre). De l'union de Nout et Geb naquirent deux fils Osiris et Seth, et deux filles, Isis et Nephthys.

Selon les croyances le premier des pharaons était osiris qui gouvernait aidé par sa soeur et épouse Isis :

[qoute]Geb offrit le pouvoir sur terre à Osiris qui fut le premier des pharaons. Il régna au côté de sa sœur et épouse Isis. Son règne empreint de bonté, de justice et de sagesse rendit Seth fou de jalousie. Il complota contre son frère. Il invita son frère à un grand banquet. Seth proposa alors que chacun des convives se couche dans un magnifique coffre. Celui qui serait aux mesures du coffre le gagnerait. Osiris se couche alors dans le coffre : il est à ses dimensions (piège de Seth) ! Les convives se jettent tous sur le coffre et y enferment Osiris. Seth le jette dans le Nil. Grâce à l'aide de Nephthys, Isis la magicienne réussit à retrouver le corps de son mari et à le cacher dans un marais. Seth l'apprend et, furieux, arrive à retrouver le corps, et le déchire en quatorze morceaux. Avec l'aide de sa sœur Nephthys et d'Anubis, Isis retrouve les morceaux éparpillés dans toute l'Égypte, sauf un (son sexe), mangé par un poisson. Ils reconstituent alors Osiris le temps d'une union d'où naquit Horus (le dieu des pharaons). Horus vainquit Seth en duel et régna sur l'Égypte. Osiris, lui, devint le roi du royaume des morts.[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Lun 17 Aoû - 18:57

Mais pour les anciens égyptiens le mythe le plus important était celui de la mort. Après l'embaumement du défunt, plus ou moins élaboré selon le rang du mort, avait lieu le jugement de l'âme : après un parcours rituel le coeur du défunt était posé sur un plateau de balance tandis que sur l'autre était une plume; le coeur ne devait pas être plus lourd ou plus léger que la plume car dans ces deux cas le défunt était dévoré par le monstre qui hantait le tribunal divin.

Citation :
Chez les égyptiens de l'antiquité, les cérémonies et croyances liées à la mort représentaient une part importante de leur vie. Les préoccupations liées à la mort au cours de l'Égypte Antique étaient d'ordre religieuses et constituaient une étape importante de la vie du pharaon, frère des dieux, qui devait après son décès vivre auprès des dieux un repos éternel. Les égyptiens considéraient qu'après le décès, l'âme du défunt pouvait renaître et accéder au « royaume des morts » et au repos éternel.

Le mythe de la mort peut être décomposé en deux parties :

la première étape qui est le voyage du défunt vers l'au-delà avec la cérémonie de l'embaumement ; la seconde étape qui correspond au jugement du défunt par le dieu Osiris lorsqu'il atteint l'au-delà afin de peut-être accéder au repos éternel. Dans la mythologie égyptienne, le corps est divisé en plusieurs entités dont le djet, qui correspond au corps, et le ka, qui correspond au double spirituel accompagnant le corps depuis la naissance de l'individu jusqu'à son décès. Pour que le défunt puisse accéder au royaume de l'au-delà par l'intermédiaire de son ka, l'embaumement du djet est nécessaire. En effet, si le corps n'est pas embaumé, le djet devient le khat après la mort et ne peut accéder au repos éternel. Le rite de l'embaumement fut créé par Isis lorsqu'elle embauma son époux Osiris afin de lui redonner vie. Ce rite symbolise donc la renaissance du défunt et l'accès au « royaume des morts » et au repos éternel. Les statues et offrandes présentes aux côtés du défunt dans son sarcophage permettent de l'accompagner dans son chemin vers le jugement de l'âme. e chemin vers l'au-delà est pris en compte dans l'architecture des pyramides. En effet, au sein des pyramides, les couloirs s'élevant vers les sommets de la pyramide et le ciel depuis la chambre funéraire du défunt, semblent être des passages permettant à l'âme de s'élever et d'atteindre le « royaume des morts ». Le Livre des morts, placé aux côtés du défunt, avait pour but de le guider vers le « royaume des morts » et de le préparer au jugement de l'âme à l'aide de recueils et de sortilèges.


La pesée de l'âme consiste à mettre le cœur du défunt sur une balance et de l'autre côté une plume (représentant la déesse Maât) ; si le cœur est plus léger (ce qui signifie que le cœur n'est pas entaché de péchés), le défunt peut rejoindre le royaume des morts. Sinon, il se fera dévorer par un monstre (la plupart du temps symbolisé par la déesse Taouret ou par Ammout qui a une tête de crocodile, un corps de lion et un arrière-train d'hippopotame.) et son âme sera perdue à tout jamais. Osiris ne devint dieu du royaume des morts qu'après avoir passé avec succès l'épreuve de la pesée de l'âme. Les défunts voulaient donc s'identifier à Osiris pour atteindre le royaume des morts et reposer en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Lun 17 Aoû - 19:00

Dernier mythe : le mythe du jour

Citation :
Le mythe décrit le combat que mène Rê chaque nuit contre les « forces du chaos » représenté par le serpent Apophis afin de permettre la réapparition du soleil chaque matin sur le « monde d'en haut ». Rê étant considéré comme le dieu du soleil, entre autres, lorsque le soleil disparaissait chaque soir à l'horizon, le dieu Rê changeait de moyen de transport pour adopter une barque sacrée et traverser le Nil souterrain. Au cours de ce périple, Rê traversait les douze portes correspondant aux douze heures de la nuit (de 5h du soir à 5h du matin) dans le monde souterrain, la douat, et devait déjouer les pièges des forces du chaos tentant de renverser à tous moments la barque du dieu du soleil. Il est aidé en cela par le dieu Seth qui, se tenant à la proue de la barque solaire, lance ses traits sur Apophis. Ce périple avait pour but la renaissance du dieu Rê chaque matin ramenant ainsi la lumière aux habitants du « monde d'en haut ». Cette renaissance de Rê, représentée par le lever du soleil, était considérée également comme la renaissance du monde et le signe que le dieu Rê avait triomphé des forces du chaos durant son périple. On retrouve également la notion des douze portes au sein des pyramides d'Égypte dont le couloir menant au sarcophage est constitué de douze encadrements de porte, correspondant à chacune des heures de la nuit. Ce combat entre le dieu Rê et Apophis, chaque nuit, dès le coucher du soleil, et conduisant à un nouveau lever de soleil, chaque matin, constitue donc le mythe du cycle du jour dans la mythologie égyptienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Lun 17 Aoû - 19:06

La religion :

Citation :
La religion de l'Égypte antique, une des grandes religions polythéistes de l'espace méditerranéen antique, date d'au moins du IVe millénaire av. J.-C. et ne disparait qu'avec son interdiction par les empereurs romains chrétiens au IVe siècle. Durant les cinq mille ans de l'histoire de l'Égypte pharaonique, la religion, très présente dans la vie des égyptiens, n'a que peu évolué. Cependant, selon les périodes, certains dieux sont devenus prédominants alors que d'autres passaient au second plan. De plus, chaque culte étant originaire d'une région différente, la place de chaque dieu variait aussi selon la région. C'est une religion théanthropique qui instaure le pharaon comme un dieu.

Dans la pensée égyptienne, les dieux façonnèrent la Terre et établirent un ordre harmonieux (Maât) permettant au miracle de la vie de s'accomplir jour après jour. C'est au seul pharaon, descendant des dieux, que revient la tâche d'assurer la pérennité de cette harmonie et de combattre les forces du mal qui cherchent continuellement à la briser. À ce titre, Pharaon est le seul intermédiaire entre les divinités et les mortels. L'entretien de l'harmonie divine exigeant de nombreux cultes journaliers à travers tout le pays d'Égypte, le pharaon ne peut en assurer seul l'exécution matérielle. C'est là le rôle fondamental du prêtre : suppléer Pharaon dans l'exécution matérielle des rites quotidiens.

Pharaon est aussi un des premiers à s'inquiéter du sens de ses rêves. Il confie donc à un prêtre lecteur, personnage très important, leur interprétation qui peut déterminer la politique de l'État.

Les temples :

Citation :
Un temple de l'Égypte antique est un édifice religieux dédié au culte d'une ou plusieurs divinités en Égypte ancienne. Souvent associé avec un important complexe comprenant des habitations pour les prêtres, des ateliers de production divers, des entrepôts et éventuellement une maison de vie, le temple forme un complexe culturel, économique et agricole d'importance capitale dans l'Égypte ancienne.

Simple enclos orné de totems divins à l'époque archaïque, les temples ne vont cesser d'évoluer tout au long de l'Égypte antique. C'est surtout le passage de la brique en limon du Nil au « matériau d'éternité », la pierre, qui révolutionnera l'architecture religieuse et permettra la construction d'édifices monumentaux.Les Égyptiens de l'Antiquité pensaient que les dieux dispensaient leurs bienfaits tant qu'ils résidaient sur terre. Pour les garder auprès d'eux et s'assurer leur bienveillance, ils cherchaient par tous les moyens à leur être agréables. Pour ce faire, ils leur construisaient des sanctuaires où les prêtres pratiquaient quotidiennement le culte au lieu et à la place de Pharaon, seul intermédiaire entre les dieux et les hommes. Le temple n'était pas qu'un lieu de prière, il était aussi la demeure terrestre du dieu. Les dieux avaient choisi d'y habiter sous la forme de la statue divine et les prêtres veillaient à leur bien-être par des offrandes et les rites du culte. Le Pharaon, dieu vivant, avait également droit à son temple, le temple des millions d'années, pour faire perdurer son bâ au-delà de la mort. Les temples avaient également une fonction initiatique et les jeunes prêtres y apprenaient les subtilités de la théologie et la sagesse des Anciens. Ils étaient aussi des centres d'études astronomiques et, par le Per-Ânkh, des centres d'études où les scribes copiaient et commentaient les textes sacrés. Le temple est donc bien plus qu'un lieu de dévotion : il est aussi la maison du dieu et une institution, un édifice aussi bien culturel que cultuel. Les plus grands temples, comme celui d'Amon à Karnak, employaient un personnel administratif nombreux qui gérait les biens du clergé, le « domaine sacré ».
Un temple égyptien était généralement composé d'une allée de sphinx ou dromos qui mène à l'entrée de l'enceinte appelée péribole faite en briques de limon du Nil et pouvant inclure un mammisi ou un lac sacré. Les murs en pierre du temple sont franchis par une ou plusieurs portes monumentales appelés pylônes. Ces derniers délimitent généralement une cour entourée d'un portique. Une seconde porte ou pylône mène à une salle hypostyle suivie du sanctuaire. Celui-ci est composé d'un naos précédé ou non d'un pronaos et entouré ou non de chapelles accessibles via un déambulatoire intérieur. Le sanctuaire est généralement entouré d'un déambulatoire extérieur le séparant du mur d'enceinte en pierre et communiquant avec la cour du temple. Depuis différents accès du temple, des escaliers permettent d'atteindre la terrasse située au-dessus du sanctuaire. D'autres permettent d'accéder à l'intérieur des pylônes. Certains temples sont appelés spéos lorsqu'ils sont entièrement creusés dans la roche comme c'est le cas du petit temple d'Abou Simbel ou hémispéos lorsqu'une partie du temple seulement est creusée dans la roche comme c'est le cas du grand temple d'Abou Simbel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo

avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 03/12/2007
Age : 46
Localisation : Pictavia

MessageSujet: Re: Egypte   Lun 17 Aoû - 19:08

Toutes mes citations viennent de l'article de wikipédia qui est divisé en sections et articles détaillés. Pour plus de renseignements voici le lien :

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89gypte_antique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Egypte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Egypte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vallée des morts - Egypte
» La citadelle Saladin et ses mosquées (Egypte) - PC et Mac
» Egypte - Temple d'Edfou
» voyage en EGYPTE
» Ouette d'Egypte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VITA E BELLA :: TOURISME :: Monde (sauf Europe)-
Sauter vers: